Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Les Orangeries

L'alimentation représente avec le bâtiment et les transports, l'un des trois plus gros impacts sur l'environnement.

Toutes les recherches ont montré que la principale source d'impact pour un restaurant est dans le contenu de l'assiette (cf conclusions des études menées par Eco2 Initiative et EVEA).

Dans le cadre de notre participation officielle à l'expérimentation nationale d'affichage environnemental du restaurant menée entre 2011 et 2013, nous avons évalué l'impact de chacun des plats, en partenariat avec David Jadaud Impact carbone et Shafik Asal Eco2 Initiative. Les conclusions de l'étiquetage sont très tranchées. Elles mettent en évidence le faible impact du végétal en carbone, l'impact positif du bio sur la biodiversité et la limitation des kilomètres alimentaires grâce à l'approvisionnement en circuits courts.

Au delà de ce constat, notre expérimentation d'affichage environnemental nous a permis de prendre conscience de l'impact considérable du carné dans l'assiette par rapport aux poissons et aux légumes. L'urgence est de redonner la part belle aux légumes dans l'assiette et que la viande redevienne un accessoire de luxe, qualitatif et exceptionnel. Dans tous les cas la viande doit être une option et non un postulat de base de tout repas.

Dans les années qui viennent notre alimentation sera de plus en plus végétale, pour notre plaisir, pour notre santé, pour notre budget et pour l'avenir de la planète.

C'est en fait plutôt cool si l'on y réfléchit bien, non ?

En sortie d'hiver et début de printemps, vive les fleurs pour faire vibrer les assiettes. David Royer aux OrangeriesEn sortie d'hiver et début de printemps, vive les fleurs pour faire vibrer les assiettes. David Royer aux Orangeries

En sortie d'hiver et début de printemps, vive les fleurs pour faire vibrer les assiettes. David Royer aux Orangeries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article