Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Hotel les Orangeries

            

 

 

Les Orangeries

Hôtel de charme éco-labellisé de Lussac-les-Châteaux 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lussac-les-Châteaux est un petit village situé dans la Vienne, à 40 km au sud-est de Poitiers. Il est réputé pour la richesse archéologique de ses grottes et pour avoir vu naître Madame de Montespan, maîtresse de Lo uis XIV. Situé à proximité de nombreuses curiosités à visiter, c’est aussi un endroit calme et agréable, plein de charme et de soleil. Et pour en profiter, rien de mieux que l’hôtel des Orangeries, une magnifique maison de famille au cœur d’un parc paysagé. Mais l’hôtel 3* de Lussac n’est pas seulement un lieu plaisant du XVIIIe siècle, magnifiquement décoré. C’est aussi le premier hôtel de France qui a reçu l’écolabel européen pour l’ensemble de sa démarche environnementale.

 

 

 

 

 

 

Dès la route, l’œil est attiré par le beau vert optimiste des volets qui tranche sur la douceur pastel de la pierre poitevine de ce magnifique bâtiment. Un gigantesque porche abrite l’entrée de l’hôtel et ouvre sur une entrée fraîche et solennelle. Ici, les pierres ont une âme. Sereines, elles racontent des histoires de famille à qui sait les écouter, artistes, poètes, musiciens ou simplement amateurs de vieilles bâtisses.

Olivia et Jean-Philippe ont toujours conçu cette activité avec une conscience environnementale poussée, que ce soit dans les techniques de rénovation, la réutilisation d’objets anciens, le respect de l’ancien… C’est même devenu la spécialité de l’Agence du Moulin, l’agence d’architecture de Jean-Philippe, qui emploie aujourd’hui une quinzaine de collaborateurs. 

Une restauration exemplaire

Difficile de ne pas s’extasier devant le travail de restauration qui a été accompli ici par Jean-Philippe, qui a hérité de cette maison de famille il y a quelques années. A l’époque Olivia son épouse travaille dans une agence de publicité et tout deux sont fatigués de la vie parisienne. La propriété est grande et bien structurée. Au centre, la maison de famille qu’ils occupent avec leurs enfants. Autour, les communs qui, une fois restaurés, pourront abriter suffisamment de chambres pour faire vivre une activité hôtelière. Trois ans de travaux seront nécessaires avant l’accueil des premiers clients en 1999. Jean-Philippe, qui a ouvert son agence dans le site, a conduit tous les travaux avec des artisans de la région. « Dès le départ, le parti pris a été le respect de l’ancien avec l’utilisation de matériaux naturels : enduits à la chaux, tuiles anciennes, boiseries naturelles, parquets massifs, terre cuite, peintures naturelles à la chaux… explique t-il. Tous les murs extérieurs ont été isolés en chanvre, ainsi que les combles qui offrent un magnifique espace de détente ou salle de séminaire de 180 m2 aujourd’hui. »

Astucieusement fixé à la pente du toit, l’Isochanvre, recouvert d’un enduit de chaux, est visible et participe à la mise en valeur de la magnifique charpente en chêne tout en apportant une isolation optimale. « Les salles de bain ont été placées pour créer des barrières phoniques entre les chambres. Tous les vitrages sont double et la proximité de la nationale n’est pas du tout gênante. La climatisation est entièrement naturelle. » 

Le parc

 

Pour les demi-saisons, une véranda a été construite en pierre, acier et verre, recouverte de tuiles anciennes en tige de bottes. Elle s’intègre parfaitement dans le parc paysagé par la spécialiste des roses anciennes Patsy Boughton de la Puye. L’été, les clients profitent de la piscine dont l’eau n’est pas chauffée, l’hiver, elle se transforme en joli bassin d’agrément. Le parc rassemble plusieurs jardins avec un jardin à l’anglaise, une vigne, un verger ancien non traité à l’origine des excellentes confitures de l’hôtel, un sous-bois arboré et un petit pré qui accueille Manon la jeune ânesse et Lilly la brebis. Le jardin à la française est privatif. L’ensemble est classé refuge LPO adapté à la protection des oiseaux. Quelques hamacs permettent de se détendre à l’ombre des arbres centenaires qui composent l’arboretum du parc, parmi lesquels, pistachiers, cèdres, noyers... Un espace de jeux pour enfants a été aménagé au fond du parc avec une cabane perchée.

La décoration

La décoration décline le thème de l’orange et de la nature en général avec beaucoup de goût. Elle s’enrichit de meubles et d’objets anciens détournés de leur fonction première. Des bocaux de fruits séchés décorent d’anciens billots de boucher transformés en buffet à vaisselle. Un hublot en cuivre apporte un jour indirect au-dessus d’une baignoire, un chariot à gâteaux des berceaux en fer forgé reconvertis en canapés, ça et là des jeux anciens… On reconnaît le coup d’œil avisé de l’amateur de brocantes et le coup de ciseau infaillible d’Olivia, qui a elle-même cousu rideaux, housses de couettes, coussins de canapés… On accède aux dix chambres par des couloirs biscornus dont le parquet d’origine craque agréablement à l’oreille. Toutes les chambres, véritables suites familiales pour certaines, sont personnalisées et mettent en valeur la vieille charpente aux formes capricieuses.

Une consommation économe et responsable

L’hôtel a toujours été vigilant dans ses consommations, mais la démarche Eco-label a permis de réaliser encore des économies ! L’ADEME Poitou-Charentes a apporté son soutien aux  études préalables.  

Les magnifiques lustres sont, comme tous les points d’éclairage, équipés d’ampoules basse consommation. Les chambres bénéficient de sous-compteurs et des boîtiers coupe-contact. d’un système automatique d’extinction des lumières commandé par la clé de la chambre. L’hôtel a souscrit un contrat EDF  « équilibre » qui garantit que 100% de l’électricité consommée par l’hôtel seront produites ailleurs par des énergies renouvelables.

La chaudière à haut rendement est encore alimentée au fioul vert (fioul raffiné pour un meilleur rendement), mais l’investissement dans une chaudière à bois déchiqueté est déjà programmé pour la 3e phase de travaux, la 2e phase, une nouvelle salle de séminaire, étant actuellement en cours de finition avec des projets de cuisinières à bois ! Un prêt « développement durable «  a été engagé pour ces travaux auprès de la BNP.

Les salles de bain sont entièrement équipées de systèmes hydro-économes et les fuites systématiquement traquées. Un forage permet l’arrosage du jardin et le nettoyage des sols sans sur-consommer l’eau du réseau.

Pour limiter les déchets, l’hôtel des Orangeries a supprimé tous les produits jetables et sur-emballages individuels. Dans les salles de bain, on ne trouve plus que des distributeurs de produits d’origine végétale, 100% biodégradable. Le linge est changé sur demande. Les confitures sont proposées en buffet, les jus de fruits sont proposés en bouteilles consignées…

Les déchets sont triés minutieusement et une plate-forme de compost pour les déchets végétaux et organiques a été mise en place. Pour les achats, priorité est donnée systématiquement aux produits écolabellisés (produits d’entretien, draps, ampoules, papier toilette, papier de bureau…), bio (tisanes et plantes aromatiques issues de la ferme agrobiologique Phytovienne, présentée dans Habitat Naturel n° 4) ou issus du commerce équitable (café, chocolat, sucre…). L’hôtel reste en permanence à l’affût de nouveautés aux propriétés environnementales (des tests sont encours avec des serviettes en fibre de bambou) et développe des partenariats avec ses fournisseurs pour optimiser les échanges. « Nous avons découvert récemment l’entreprise Purodor, spécialisée dans les produits naturels mais bactéricides, ce qui complètent parfaitement la gamme de l’Arbre Vert, explique Olivia Gautier . L’intégralité des produits d’entretien utilisés dans l’hôtel sont désormais respectueux de l’environnement et des utilisateurs. »

L’équipe

Car le bien-être du personnel fait aussi partie de la démarche tout comme son implication au quotidien. L’hôtel emploie 6 salariés à temps plein. L’équipe a été sensibilisée et a participé activement aux choix des achats de l’hôtel. « Mes femmes de chambre sont ravies du confort des nouveaux produits que nous utilisons et notre chef vient en vélo maintenant ! » 

 

La sensibilisation de la clientèle

Dès l’arrivée à l’hôtel un petit guide d’accueil explique la démarche de l’hôtel. Ce livret de sensibilisation recense les gestes simples qui permettent de limiter sa consommation d’eau et d’énergie. Totalement intégrée dans la décoration, des petits messages rappellent les bonnes pratiques : devant les fenêtres, un coussin brodé de « pensez au radiateur », dans la salle de bain un petit tableau joliment encadré rappelle l’intérêt du verre à dents… 

 

L’écolabel européen : la reconnaissance

Rien d’étonnant à ce que l’hôtel soit le premier à recevoir l’Ecolabel européen de l’AFNOR (Association Française de Normalisation), pourtant Olivia a été bien surprise de se savoir éligible alors que le bâti n’autorisait malheureusement pas l’usage de l’énergie solaire. 

Dans l’hôtellerie, l’écolabel est attribué selon 84 critères de performance environnementale. Les 5 critères principaux concernent la consommation d’énergie, d’eau, la production de déchets, l’utilisation de ressources renouvelables et la sensibilisation au respect de l’environnement.

« Plus qu’une démarche commerciale, c’est un formidable outil de gestion, conclue Olivia Gautier . Nous relevons nos consommations régulièrement et cela fait prendre conscience des économies réalisées et à réaliser. C’est aussi un nouveau mode de contact avec notre clientèle, qui s’avère en réalité plus sensibilisée que nous le pensions ! C’est encourageant ! »  

La remise de l'écolabel a donné lieu à une réunion conviviale avec les partenaires et fournisseurs, au cours de laquelle le journaliste Benoît Théau a diffusé un film réalisé sur l'hôtel et sa démarche. Ce film est le premier d'une collection de DVD intitulée "le développement Durable au coeur de l'entreprise". 

Commenter cet article