Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Hotel les Orangeries

Les bouchons de liège se font de plus en plus rares car les chêne- liège dont ils sont issus disparaissent et s'épuisent.  

C’est association belge qui a eut la première l'idée de récolter les bouchons de liège en vue de les recycler. Une idée d’autant plus d’actualité que le recyclage des déchets est entré dans les mœurs.

 

Depuis 2004, le président d’une association de handicapés (Monsieur Simmonet- l'APEI de la Bresse Louhannaise et l'AMI71 ont initié un premier recyclage en France dans les Landes Marensines en mars 2004.

Contribuer à de beaux projets : accompagnement des enfants déficients mentaux et de leurs familles, mais aussi éventuellement la création de lieux d'accueil spécifiques qui font cruellement défauts, et tout particulièrement ceux destinés aux handicapés vieillissants et sans famille.

Le liège est un excellent isolant. Il est chaud au toucher car il conserve la chaleur ambiante sans être un conducteur. Il est antistatique (il n'attire pas la poussière), ignifuge et élastique.

Le liège est récolté tous les 9 ans : on retire l'écorce du chêne-liège et l'arbre va la reconstituer en 9 années. On pourra alors à nouveau procéder à l'opération. Plus l'arbre est vieux, plus la qualité est bonne. On estime qu'il faut 45 ans pour commencer la production de liège sur un arbre et ce, jusqu'à l'âge de 120 ans. Ces chênes sont principalement situés dans les pays méditerranéens, mais le succès du matériau les met en danger. Le temps de production de liège se réduit en raison de la forte demande et les arbres s'épuisent plus rapidement, menaçant à terme de disparaître.

Le liège dans les poubelles ou le compost se décompose assez mal. Par contre, recyclé, on peut le réduire en granulés et il ne perd rien en qualité. Garder les bouchons permet également de réduire le volume de nos déchets. Les granulés peuvent être utilisés tels quels mais ils peuvent être aussi recollés et reconstitués sous forme de plaques. Ils seront utilisés comme isolants naturels dans des projets de bioconstruction.

En Belgique, Les dernières statistiques de l'association Asbl sont éloquentes : les récoltes de bouchons sont exponentielles : en 1997, 50.000 bouchons ont été récoltés; en 2000, on en arrivait à 4,5 millions et en 2003, 14 millions de bouchons! Cela représente un volume de 52 mètres cubes et un poids de 56 tonnes.

Le bouche-à-oreille étant la meilleure publicité, n'hésitez pas à encourager votre entourage à conserver les bouchons, les semelles, les sous-plats, les plaques de liège, etc.

Commenter cet article