Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une étiquette environnementale, c’est bien beau, mais comment cela fonctionne ? Les méthodes de calculs doivent être reproductibles pour les différents secteurs d’activité et les différentes sociétés d’une part et significatives d’autre part pour que cet affichage corresponde au mieux à la réalité du terrain.

Ainsi, le principe de base est d’évaluer les impacts environnementaux d’un produit sur l’ensemble de son cycle de vie, c’est-à-dire depuis l’extraction des matières qui le composent jusqu’à sa fin de vie en passant par les étapes de fabrication, de distribution et d’utilisation.

 

http://www.ciraig.org/images/pensee.jpg


Ceci implique notamment de bien connaître les compositions et les procédés tout au long de la chaîne de production et conduit donc les entreprises à interroger leurs fournisseurs qui, eux-mêmes, interrogeront leurs propres fournisseurs... L’outil reconnu au niveau intrenational pour effectuer ce type d’évaluation est l’analyse de cycle de vie (ACV).

 

Méthodologie

Les lignes directrices de l’évaluation environnementale multicritères sont communes à toutes les entreprises (Référentiel de bonnes pratiques AFNOR BP X30-323). Le choix précis des critères pour chaque produit a ensuite fait l’objet de discussions entre les entreprises et le ministère pour :

  •  prendre en compte les référentiels et projets de référentiels élaborés au niveau de la plate-forme AFNOR ADEME
  • évaluer la faisabilité de calculer les indicateurs.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article